Vous êtes ici

Europe. Regards croisés sur le handicap

Europe. Regards croisés sur le handicap

Le centre du Vieux-Bourg a hébergé mi-mai des délégations de trois structures pour adultes handicapés venues d'Italie, de Pologne et de Belgique, dans le cadre d'un programme d'échanges européen. L'occasion de croiser les regards de trois éducatrices sur la prise en charge du handicap.
 

Grundtvig est un programme européen axé sur l'éducation et la formation des adultes tout au long de la vie et concerne "des personnes appartenant à des groupes sociaux vulnérables".
Dans ce cadre, l'Esat les Genêts d'or de Briec a monté un projet "L'Europe, c'est nous", avec trois autres structures situées en Belgique, Italie et Pologne.

 

Les trois délégations venues de Pologne, Italie et Belgique, ont été accueillies au Vieux-Bourg à Châteaulin.
Ci-contre les accompagnatrices :
    - Gloria Ctinazzi, éducatrice dans une coopérative, à Bologne (Italie)
    - Marie-Pierre Pouliquen, responsable de l'unité de vie extérieure de l'ESAT Les Genêts d'Or de Briec (France)
    - Michèle Capouillez, éducatrice dans un service de logements supervisés de la région de Mons (Belgique)
    - Dorota Wasik, représente la Fondation Communauté de l'Espoir (Pologne)

 

"Un partenariat intéressant" 
"Le but est que des personnes en situation de handicap puissent découvrir les modes de vie et d'accompagnement qui existent ailleurs, tout en s'ouvrant à d'autres cultures", explique Marie-Pierre Pouliquen.
Pour les éducateurs accompagnants, ces échanges sont l'occasion de confronter leurs pratiques. Cela permet de voir ce que chacun peut améliorer chez soi en s'inspirant de modèles qui existent ailleurs.
 

Des disparités selon les régions et pays
En Italie, les possibilités sont plus limitées : L'autonomie des personnes n'est pas trop favorisée. D'une part, il y a un manque de ressources financières, d'autre part, c'est culturel, les Italiens tiennent à rester en famille.
La situation est encore différente en Pologne : L'organisation n'a que 15 ans. Ils sont partis de zéro après l'effondrement du bloc de l'Est.
 

Emploi : le chaînon manquant
Sur le plan de l'accès à l'emploi, les trois professionnelles se disent "impressionnées", par les projets mis en oeuvre aux Genêts d'or et "le niveau de professionnalisation des éducateurs comme des personnes handicapées". Elles estiment qu'il y a fort à faire dans leur pays respectif.
En Belgique, il n'y a pas d'alternative entre les ateliers occupationnels, axés sur les travaux artistiques, et les ateliers protégés accessibles aux personnes souffrant d'un handicap très léger.
En Italie il n'y a pas de travail rémunéré non plus.

Du point de vue de chacune, pour que les choses avancent, le nerf de la guerre est l'argent, " avec ou sans l'Europe ".

 

 

Source : Le Télégramme - Mardi 20 mai 2014 
http://www.letelegramme.fr/finistere/chateaulin/europe-regards-croises-sur-le-handicap-20-05-2014-10174717.php