Vous êtes ici

Assemblée Générale : l’association met le cap sur 2025.

Assemblée Générale : l’association met le cap sur 2025.

Jeudi 29 janvier avait lieu une Assemblée Générale de l'association consacrée aux nouvelles orientations associatives pour la période 2015-2025. Un temps d'échange et de débat important au vue du changement souhaité. C'est plus que jamais l'usager qui doit être au centre du dispositif, avec des réponses en terme de parcours et de projets de vie et pas seulement d'institution. Retour sur cet évènement. 

Le secteur médico-social est en pleine mutation, et doit s’adapter à des changements importants. Réforme de 2005, restructuration du paysage associatif, crises des finances publiques : c’est dans ce contexte délicat que l’association Les Genêts d’Or s’est interrogée sur ses orientations associatives pour l’avenir. Le choix qui a été fait est de se projeter à 10 ans. Comment accompagnerons-nous les personnes en situation de handicap en 2025 ? Et comment devons-nous repenser notre action pour pouvoir être au rendez-vous ? Cette perspective à une décennie a été saluée par l’ARS comme un effort ambitieux d’anticipation et de projection.

 

 

Accompagné par Jean-René Loubat, psychologue-consultant, un groupe de travail composé de représentants des usagers, de parents, de professionnels, de cadres et d’administrateurs a réfléchi pendant un an pour écrire ce. Le résultat est pour le moins ambitieux : l’objectif est clairement de se recentrer sur la personne accueillie. Il faut diversifier les réponses pour rechercher d’abord l’inclusion dans la société, et toujours privilégier les services de droit commun à l’institutionnalisation – ce qui ne signifie pas pour autant, évidemment, la disparition des établissements.

 

Cela va conduire à la montée en puissance de la notion de parcours, et de plates-formes de services mutualisant les moyens et confortant les passerelles entre structures. La complémentarité des intervenants est essentielle pour pouvoir répondre de façon efficace et adaptée aux besoins des personnes. Le coordinateur de parcours deviendra une personne essentielle du dispositif. Car c’est bien de réponses co-construites que l’on a besoin, dans une démarche de contractualisation avec l’usager, les représentants légaux et en associant l’ensemble des intervenants de son accompagnement. Le service a pour vocation d’assurer la continuité de l’accompagnement et de trouver les dispositifs et services permettant de conforter les bénéficiaires dans leur projet de vie.

 

Ces nouvelles orientations constituent un changement important de notre mentalité et de notre culture professionnelle. Le déploiement doit se faire progressivement, en accompagnant l’ensemble des acteurs et en permettant l’expérimentation.

 

Pascal Thébault, du CREAI Bretagne, plaide pour le passage d’une organisation en filière, c’est-à-dire l’intégration d’un usager dans une offre figée d’une structure, vers une organisation en réseau avec une coordination des acteurs.  « Il y a des expérimentations, mais une fois qu’elles sont mises en place, il n’y a pas de retour en arrière possible », a—il précisé.

Mireille Scholder, présidente de la Fondation de Vernand (Suisse), tire quant à elle un bilan très positif de la mise en place d’un dispositif similaire. Le Réseau d’Accompagnement du Handicap en Milieu Ordinaire (RAHMO) est parti d’une démarche empirique et d’une volonté d’offrir une alternative à l’institution. Une demande de prestations est traitée par l’équivalent de la MDPH. Le processus dure environ 18 mois et aboutit à un programme de prestations sur mesure. Au terme de cette période, une personne « fil rouge » est désignée pour assurer un suivi. « On pensait que le RAHMO allait mettre en place des accompagnements lourds, a expliqué Mme Scholder. En fait, c’est plus souvent de petites remédiations qu’il est question. »

 

Si les obstacles administratifs et législatifs sont encore bien présents, les financeurs sont très attentifs à notre démarche et partagent notre diagnostique. Pierre Maille, Président du Conseil Général, et Nathalie Sarrabezolles, Vice-Présidente en charge des solidarités, ont réaffirmé par vidéo interposée leur confiance en notre association pour mener ce changement.

 

Au cours de ses 51 années d’existence, Les Genêts d’Or a continuellement affirmé le primat de la personne sur les structures. Elle a su évoluer, adapter ses pratiques et son offre. En gardant à l’esprit les enseignements du passé, nous sommes aujourd’hui appelés à porter des projets audacieux. L’adoption des orientations associatives 2015-2025 en est une première étape, qui sera bientôt suivi d’un plan d’action.